fr en CONTACT rss
Accueil du site > Français > Blog > Questions ? !

Questions ? !

Bonjour

Ma fille de 4 ans était selon moi gauchère.

Bébé elle utilisait la main gauche pour attraper les objets, elle enfile chaussure et pantalon pied gauche en premier, se trompe dans le sens d’ouverture des flacons et ne parvient à faire les boucles que de la main gauche, avec la main droite elle fait une moitié à gauche et une autre moitié à droite sans chevauchement de la ligne. Elle lit en sens inverse. S’il est écrit 12 elle lit vingt et un , et quand on lui demande quel est le premier chiffre elle répond 2.

Par ailleurs, elle a parlé très tôt et était en avance par rapport aux enfants de son âge en crèche (elle connaissait l’alphabet, les couleurs, les formes, sans qu’il y ait eu de réels apprentissages). Elle est entrée, cette année à l’école, où on lui a fait travailler avec la main droite. La maîtresse m’a dit qu’a cet âge un enfant n’est pas encore latéralisé. Mais après 1 ans d’école, elle ne connaît (reconnait) plus les lettres, confond k et x, R et 5 ect... ni les formes ...

Il y a un vrai arrêt dans sa progression et son développement. Est-ce dû au fait qu’elle est selon moi gauchère ? Dois-je lui faire travailler sa main gauche, ou poursuivre avec la droite. Elle connait sa droite et sa gauche depuis la crèche. Je vous remercie de votre conseil.

Bonjour Madame,

J’ai lu avec grande attention votre message et en effet, votre fille présente un certain nombre de symptômes du gaucher qui doute, hésite face aux propositions d’apprentissages quotidiens et scolaires dans notre monde droitier. C’est la raison pour laquelle on peut s’autoriser à dire que la latéralité n’est pas encore fixée à son âge. Elle sent certainement inconsciemment que ce système “gauche / droite” n’est pas son sens naturel d’ouverture et a sa façon à elle de réagir à cette “contrariété”. Donc non seulement, il est important de la laisser gauchère de la main si elle le souhaite mais aussi de lui proposer d’investir son sens d’ouverture droite/gauche avec les tracées de boucles, ponts, coupes.... afin que sa main aille en ouverture mais aussi que son oeil gauche accompagne ses mouvements. Ensuite pour s’adapter au système, lui apprendre à demander à son oeil droit d’être la “locomotive” pour lire et suivre son écriture. Il est bon qu’au moins l’oeil droit soit le plus actif pour le sens gauche /droite même si elle reste gauchère de la main et permettre à l’oeil gauche de se reposer. Car pour le moment, il est certainement en force à pousser, ramer à contre courant dans notre système....

Un cahier d’exercices est à disposition sur le site Gaucher.com, cela devrait aider votre fille et éviter à terme qu’elle ait une lecture difficile, lente, hachée, voire des maux de tête, des douleurs ophtalmiques.... Sinon, vous pouvez me demander les coordonnées du latérapraticien le plus proche de chez vous et également consulter mon site www.gaucher-doitier.com ; il y a une rubrique questions/réponses qui peut vous apporter de nouveaux éclairages. Je reste à votre disposition si besoin.


Né en 1940 j’ai été contraint et forcé d’écrire de la main droite alors que je suis gaucher, l’institutrice me tapait sur les doigts pour m’obliger à écrire de cette main , mes parents n’ont jamais été contre cette obligation . Depuis l’enfance je suis atteint d’un strabisme , je suis le seul dans ma famille à souffrir de cet handicap. Je me pose la question de savoir si cela ne provient pas de cette contrariété du fait que l’on m’a forcé à écrire de la main droite mais pour me servir d’un outil je suis gaucher. Pourrez t’on me répondre ? Merci.

Bonsoir Monsieur,

Contrarier un gaucher de la main peut en effet entrainer des réactions fortes comme le strabisme, le bégaiement.... Il est important de réaliser que même si l’on ne contrarie plus maintenant les gauchers de leur main d’écriture en particulier, ils restent contrariés par le sens gauche / droite de l’écriture et de la lecture. L’obligation d’adopter le sens conventionnel pour se faire comprendre par le système peut aussi provoquer des réactions de ce type. Néanmoins, nous pouvons imaginez aisément que les sévices qui ont accompagnés vos apprentissages n’ont pas aidé, voire renforcé ce processus de contrainte.

Je vous proposerais volontiers de garder votre main gauche pour les usages du quotidien et aussi de faire des séries de graphiques (boucles, ponts, arabesques....) sur papier et mieux encore sur une vitre avec un feutre :
- avec votre main gauche donc,
- en suivant les tracés avec votre oeil gauche en priorité, comme une locomotive qui tire le wagon / oeil droit,
- et en écoutant avec votre oreille gauche.

Tout cet espace droite / gauche sera alors le sens d’ouverture pour l’ensemble de votre coté gauche qui ne fonctionnera donc plus en fermeture dans le sens conventionnel gauche / droite.

Vous pourrez faire de même avec tout votre coté droit en ouverture de gauche à droite, puisque vous savez tracer avec votre main droite mais en associant la sensation de votre oeil droit qui va devenir locomotive et tirer vers la droite. L’oeil gauche devrait suivre tranquillement sans forcer. Ne pas oublier d’écouter le tracé du feutre avec votre oreille droite. Ainsi tout votre coté droit sera en cohérence d’ouverture.

N’hésitez pas à me faire connaitre le résultat de votre expérience,

Bien cordialement,

Madame,

Agée de 52 ans, j’ai un souci avec mon oeil droit rouge et irrité.

Ce n’est pas votre rayon me direz-vous, mais l’ophtalmo a vu tout de suite que j’étais gauchère contrariée, ce qui était enfoui loin dans mes souvenirs.

J’ai acheté votre livre et ressenti un immense soulagement en le lisant. Vos exercices concrets m’ont amenée à apprendre à écrire de la main gauche et cela me détend beaucoup de pratiquer les pleins et déliés de droite à gauche...

Les conséquences de cette latéralité faussée sont insidieuses et j’aimerais avoir votre avis sur la question. En effet je suis phobique sociale, quasiment handicapée dans mes relations de groupe ( c’est-à-dire au delà de 3 personnes), d’où une grande solitude.

Heureusement j’ai pu fonder une famille et avoir un enfant.

Par contre du point de vue du travail (j’ai étudié la psychologie pendant 4 ans mais ai échoué au diplôme), j’ai stagné au poste de standardiste, fait beaucoup d’intérim pour échapper aux situations sociales qui me paniquent (Réunions de travail, entretiens, déjeuners avec les collègues...), bref un parcours professionnel chaotique et bloqué.

Savez-vous s’’il y a un lien entre gaucherie contrariée et phobie sociale ? S’il n’y a pas de lien qu’en pensez-vous ? Existe-t-il des études sur ce sujet ?

Merci d’avance pour votre réponse, que j’attends impatiemment et pour votre grand travail sur cette problématique peu connue.

morinsylvie@wanadoo.fr (A souhaité que soit donné son adresse courriel si vous souhaitez communiquer avec elle).

Chère Madame,

Veuillez m’excuser d’avoir tardé à vous répondre. J’ai lu avec attention vos deux courriels et vous m’indiquez que vous avez fait l’expérience de l’écriture de droite à gauche avec votre main gauche puisque vous vous révélez être gauchère. Je vous invite à poursuivre régulièrement pour plusieurs raisons :

En effet si vous êtes également gauchère de l’oeil directeur, celui qui se mobilise le plus pour lire et ou accompagner votre écriture, il travaille nécessairement en fermeture dans notre système. Même un gaucher non contrarié de la main l’est toujours par le sens de l’écriture et de la lecture en occident. Les symptômes d’une gaucherie contrariée par le sens d’écriture et de lecture peuvent se cumuler et être nombreux tant sur le plan :
- cognitif (concentration, compréhension, mémorisation, restitution difficiles, tendues voire déficientes),
- physique (posture de la main, du corps “vrillé”...),
- conatif (manque de volonté, procrastination...),
- émotionnel (timidité, hypersensibilité...).

Cela rejailli donc sur l’estime et la confiance en soi et cela en proportion différente selon les personnes. Plus vous stimulerez vos circuits neuronaux en sentant votre oeil gauche et votre main gauche (même votre oreille gauche qui peut entendre le tracé avec un feutre plus “bruyant” qu’un bic) lorsque vous écrivez dans votre sens d’ouverture vers la gauche, plus vous calmerez les zones de votre cerveau qui pourrait-on dire “surchauffent” et travaillent à contre courant avec trop d’efforts et de contraintes alors qu’elles devraient être au repos. Il faut minimum 21 jours à raison de 5 à 10 minutes par jour d’exercices de tracés libres (façon gribouillages) et tracés de pré graphies pour obtenir cette cohérence cérébrale. J’ai appelé cette étape : réhabilitation de la gaucherie à laquelle il sera bon de revenir régulièrement pour toujours nourrir votre spécificité de gauchère puisque nous sommes dans un système de droitier.

Comme vous savez écrire avec votre main droite, il serait nécessaire qu’elle soit accompagnée de votre oeil droit, qu’il devienne directeur si ce n’est pas le cas, pour le suivi de votre écriture de gauche à droite. Peut-être essaye-t-il de le devenir s’il est irrité, rouge mais sans doute au forcing. Il est essentiel qu’il prenne conscience de ce travail jusque là non expliqué, qu’il soit donc initié et guidé dans ses nouvelles fonctions. Il sera également directeur pour lire l’écriture conventionnelle. Vous pouvez vous reporter aussi au livre dans les propositions pour sensibiliser votre oeil droit comme indiqué. Pour le sens gauche / droite vous obtiendrez normalement aussi cette cohérence cérébrale. C’est la phase : adaptation au système.

L’important est de respecter les deux sens d’ouverture avec les bons organes :

avec oeil /oreille/main gauche avec oeil /oreille/main droite (si une personne est habituellement gauchère de la main, je la laisse main gauche d’écriture bien sur )

Il n’y a pas d’âge pour mettre à profit notre plasticité cérébrale et créer de nouveaux circuits.

Je reste à votre disposition si besoin. Tenez-moi au courant de votre évolution, en particulier vos symptômes, changements d’états physiques, cognitifs, émotionnels....

Bien cordialement,

Bonjour,

ma fille 12 ans est (à priori) gauchère pour ce qui est de l’écriture, mais écrit au tableau de la main droite et dessine fréquemment avec ses deux mains.

Petite fille elle n’a pas fait un choix de main pour tenir ses crayons, je lui ai donc fortement suggéré de se positionner, vers l’âge de 3 ans ( 1ère année d’école).... Ai-je pu générer un contrariété de latéralisation ?

Elle a par ailleurs depuis toujours un raisonnement assez peu classique. Vous lui demandez "veux tu ceci ou cela ?", elle vous répondra "je ne veux pas ceci ou cela", ou lieu de vous dire "je veux ceci ou cela". Cela peut-il être lié ?

Elle a enfin une aisance sidérante pour écrire de droite à gauche.... Cependant elle a une manière étrange de voire déconcertante de raisonner, il est donc difficile de l’aider. C’est bien là l’objet de ce post.

Dernière précision, son père est droitier pour l’écriture mais fait énormément de choses avec sa main gauche. Et ils ont en commun de tourner à gauche lorsque vous leur dites d’aller à droite et inversement... Par avance merci de votre réponse

Bonjour Madame,

J’ai lu avec attention votre courriel. Il semble que vous ayez vu juste quant à la gaucherie de votre fille. Dans le même temps, nous pouvons comprendre que vous l’ayez incitée à prendre la main droite pour écrire car c’est la main qui est faite pour aller en ouverture pour l’écriture conventionnelle gauche / droite.

Cependant, deux choses :

- il serait intéressant de vérifier son oeil directeur car si c’est le gauche, il pousse,” rame à contre-courant” dans notre système puisque son sens d’ouverture à lui est le sens droite / gauche et cela peut générer des difficultés en lecture et ou maux de têtes....Ce qui explique certainement aussi qu’elle écrive facilement en miroir, donc suive visuellement son écriture en tirant et non en poussant. Ainsi, il serait important qu’elle continue de nourrir son espace droite / gauche en continuant d’écrire en miroir = réhabilitation.

- et donc, si son oeil gauche est directeur, la faire passer oeil droit directeur car il travaillera en ouverture vers la droite, sans contrainte...= adaptation

Ces deux propositions : réhabilitation et adaptation sont indissociables si l’on veut rétablir une cohérence dans le cerveau, donc dans tous les processus cognitifs ( pensées fluides, cohérentes, concentration/compréhension/ mémorisation/restitution souples et de qualité) mais aussi rétablir une cohérence spatio-temporelle, physique et psychique si besoin.

Donc rassurer-vous, vous avez été malgré tout, pour la main d’écriture de votre fille, dans cette logique des deux sens d’ouverture. En réalité, les gauchers ne sont plus contrariés de la main mais le sont toujours par le sens de l’écriture et de la lecture de notre système droitier. Donc lorsque je travaille avec un gaucher homogène (oeil/main/pied), je le laisse main gauche pour écrire bien sur mais le fait passer oeil directeur droit et l’on voit ainsi un grand nombre de ses symptômes se résorber. Et puis, quelque soit la latéralité, elle ne vient pas de nulle part !

Pouvez-vous me dire dans quelle région vous vous situez, je vous donnerai les coordonnées d’un latérapraticien à même de faire un bilan et lui apprendre ces stratégies.

Bien cordialement,

Bonjour,

Mon fils de 5 ans est gaucher mais on lui apprend a écrire de la main droite. Il se débrouille bien mais a beaucoup de retard sur son apprentissage et a 5 ans ne parle pas très bien. Est ce qu.on doit le laisser continuer l.écriture avec sa main droite ou finalement le faire revenir a sa main gauche pour écrire ?

Bonjour Madame,

Veuillez m’excuser d’avoir tardé à vous répondre. Votre fils a l’air dites-vous de s’accommoder d’écrire de la main droite avec toutefois des retards dans ses apprentissages.

Il est important d’avoir vraiment conscience que notre système d’écriture et de lecture nous demande d’utiliser le sens gauche / droite.

Pour la main gauche c’est une vraie contrainte mais certains s’en accommodent préférant plutôt affirmer leur gaucherie en écrivant en geste de « fermeture » que de passer main droite, main qui sur le plan moteur va malgré tout avec le sens gauche / droite et évolue donc en ouverture.

Néanmoins, personne ne pense à la gaucherie de l’œil. Ainsi, pour ceux qui souhaitent garder leur main gauche pour écrire, le latérapraticien propose à ceux qui ont en plus l’œil gauche directeur de le réhabiliter dans son sens d’ouverture vers la gauche (exercices fonctionnels) et ensuite au moins d’ apprendre à être œil directeur droit. L’œil droit ira nécessairement en ouverture vers la droite. Cela évitera à la personne de s’installer dans une concentration tendue qui a du mal à tenir dans le temps générant une lecture difficile (saccadée, lente…, relecture des phrases plusieurs fois pour les comprendre) et souvent une mauvaise mémorisation et restitution. Sans compter tous les dysfonctionnements que cela occasionne parfois (maux de tête, douleurs ophtalmiques, maux de dos.....confiance en soi, estime de soi…) si l’on maintient cette « contrariété » de sens avec le mauvais organe.

Je vous invite à entendre la web conférence :

“Droite / gauche : la latéralisation chez l’enfant”

demain jeudi 8 octobre 2015 à 18h 30 sur le site « OZE, Art de vivre en famille »,

suivi d’un tchat où vous pourrez me poser vos questions (Écoute possible en replay).

Bien cordialement,

Bonjour,

Voyant peu de l’œil gauche (naissance), est-ce que ça a jouer pour mon écriture ? J’ai écris de ma main droite depuis tout le temps mais j’écris de ma main gauche depuis 5 ou 6 ans. Je voudrais avoir votre aide si cela est possible.

Cordialement

Bonjour Madame,

Vous me dites que votre œil gauche est assez déficient. Cela ne veut pas dire pour autant que qu’il n’est pas votre œil directeur, celui qui travaille le plus pour la lecture et le suivi de votre écriture. Je vous invite à faire l’expérience de demander à votre œil droit de devenir directeur et à votre œil gauche de se « reposer » ; l’œil droit donc comme une locomotive qui tire le wagon / œil gauche. Ainsi l’œil gauche n’est plus en force à contre courant et l’œil droit permet une dynamique plus fluide, plus souple et parfois plus rapide. Cela peut radicalement changer votre graphisme en mieux bien sur, même si vous gardez votre main gauche.

On pourrait imaginer que vous êtes passée main gauche pour écrire afin d’être en cohérence de travail avec votre œil gauche. Cependant vous observerez qu’ils fonctionnent en fermeture de gauche à droite dans notre système de droitier. Et pourquoi pas reprendre votre main droite mais cette fois avec votre œil droit devenu directeur ? Ils fonctionneraient ainsi en ouverture vers la droite conformément au système.

Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Bien cordialement,

J.M.M.

Bonjour,

Je suis actuellement en coaching scolaire une petite fille de 12 ans qui a la particularité d’écrire avec la main droite, mais "en crochet" (comme certains gauchers donc). Elle est donc a priori droitière mais écrit avec la main "en crochet". Cette petite fille a eu beaucoup de difficultés dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, mais n’a jamais été réellement diagnostiquée dyslexique même s’il y avait une forte présomption de dyslexie. Elle présente des caractéristiques semblables à celles des gauchers (goût pour le sport, l’art, difficultés dans l’apprentissage des langues, intelligence visuelle/spatiale, kinesthésique et interpersonnelle dominantes...).

Mes recherches m’ont apporté les informations suivantes :

- un droitier qui écrit "en crochet" est l’équivalent d’un gaucher qui écrit "normalement" (c’est-à-dire avec la main en position basse normale et non pas en crochet).

- les deux cas pré-cités sont ainsi équivalents en termes de latéralisation ; ils présentent un hémisphère droit qui serait doté des attributs spaciaux ; inversion des hémisphères donc, avec une moindre localisation du verbal et du spatial que chez les droitiers. D’où certaines difficultés d’apprentissage du langage et de l’écriture.

Compte tenu de la similitude des problématiques entre un droitier "qui écrit avec la main en crochet" et un gaucher, je souhaiterais savoir si vos recommandations et solutions relatives à la latéralité (latérapédagogie, latérathérapie) s’appliquent aussi à ce genre de droitiers.

Avez-vous déjà eu des cas similaires ? Et enfin, comment peut-on se procurer le cahier d’exercices de lecture et d’écriture ?

Merci d’avance pour ces informations. Bien cordialement

Bonjour Madame,

Le cas que vous apportez est en effet très intéressant et m’a particulièrement interpelé à mes débuts de pratique.

Un droitier de la main “en crochet” ou “col de cygne” est souvent gaucher de l’oeil directeur c’est à dire de l’oeil qui utilise la dynamique du mouvement pour la lecture et le suivi de l’écriture. L’oeil dominant peut ne pas être le même. C’est celui qui se mobilise pour l’activité opposée à savoir une vision statique, centrée sur un point, une cible. Et généralement, c’est l’oeil dominant qui est testé chez les professionnels. Donc on peut tout à fait passer à coté d’une gaucherie de l’oeil qui comme vous allez le voir peut poser quelques problème dans notre système droitier.

Ainsi, si l’oeil directeur est le gauche et que l’on applique la règle des deux sens d’ouverture :

- l’oeil droit fait, comme la main droite, pour s’ouvrir vers la droite pour la lecture et l’écriture,
- l’oeil gauche en ouverture vers la gauche....,

nécessairement lorsque l’oeil gauche directeur lit ou accompagne l’écriture vers la droite en respectant le sens conventionnel en occident, il travaille en fermeture. C’est comme si il ramait à contre-courant, l’obligeant à fournir un effort très important pour rester concentré, pour rentrer dans le texte et comprendre ce qu’il lit. Parfois la personne oeil directeur gauche doit relire les phrases 3 et même 4 fois pour les comprendre. Ce peut être donc toute la chaine cognitive qui est invalidée : concentration, compréhension, mémorisation et restitution.

D’être oeil gauche directeur peut déclencher également des maux de tête et des douleurs ophtalmiques, ou l’oeil qui pique, pleure...sans jamais que nous fassions un lien avec la gaucherie de l’oeil puisque de toute façon la consigne c’est de s’adapter au système sans penser à contenter l’oeil gauche en ouverture. Ex : si l’enfant écrit en miroir avec sa main gauche (le plus souvent), son oeil gauche va suivre aussi en ouverture, mais “cela est interdit ! c’est mal, à l’envers” !...)

En latérapédagogie, nous proposons justement de :

- réhabiliter la gaucherie (même si ce n’est que de l’oeil il sera proposé à la personne de prendre sa main gauche alors qu’elle est droitière, ceci pour être en cohérence de travail avec la main et l’oeil du même coté, et d’investir tout l’espace droite/gauche en ouverture à l’aide des prégraphies et d’un travail corporel. Les bonnes connexions neuronales se feront enfin.
- s’adapter au système en faisant passer oeil directeur gauche à oeil directeur droit. De nouvelles connexions seront possibles...

Cela permet aux symptômes (dysgraphie ou autre dyslexie...maux de tête, trouble de la concentration...) d’être réduits, voire de disparaitre. La confiance en soi et l’estime de soi s’en trouve évidemment mieux.

Il n’ y a pas d’âge pour entamer ce travail et la jeune fille de 12 ans que vous coachez pourrait y trouver un vrai bénéfice. Les cahiers d’exercices sont disponibles sur la boutique en ligne www.lesGauchers.com à la rubrique livre en cliquant sur le titre “Gauchers en difficulté”.

Je reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire,

Bien cordialement,

J.M.M.

Bonjour,

Mon mari et moi sommes gauchers, et nous avons une petite fille de presque 5 ans qui est droitière. Avec l’apprentissage de l’écriture en maternelle, nous avons l’impression qu’elle a du mal... On dit que les gauchers sont "le miroir des droitiers", et bien j’ai l’impression qu’elle mélange cet effet miroir et le fait qu’elle soit droitière ... je ne sais pas si je m’exprime bien, mais auriez vous des conseils à nous donner pour lui apprendre à écrire ?

D’avance merci pour votre réponse.

Chère Madame,

Il est normal que vous vous interrogiez pour les apprentissages de votre fille si vous la sentez en difficulté et puisque vous, ses parents êtes gauchers. Il se peut qu’elle ait pris sa main droite par effet miroir par rapport à vous. Il serait intéressant de lui proposer de faire des séries de boucles, ponts, arabesques avec sa main gauche seule de droite à gauche, qu’elle puisse exprimer son ressenti et la même chose avec la main droite seule, de gauche à droite. Ainsi, elle pourrait dire lequel des deux sens d’ouverture lui convient le mieux, celui dans lequel elle est le plus à l’aise. Cependant, vous observez que notre système d’écriture et de lecture se pratique de gauche à droite ! Ainsi, si elle est gauchère de la main, elle tracera nécessairement en fermeture. C’est la raison pour laquelle certains gauchers se « contrarient » tout seuls et passent main droite car c’est la main qui est faite pour le sens gauche / droite. Cela, c’est pour la main. Mais il y a aussi la dominance et dynamique visuelle. Si c’est son œil gauche qui est l’œil dominant et directeur, il fonctionnera aussi en fermeture pour lire et suivre l’écriture. Il sera capital de lui permettre de tracer un bon temps de droite à gauche avec sa main gauche si possible (question de cohérence)pour contenter son œil gauche en ouverture, le temps que ses circuits neuronaux s’y retrouvent si je puis dire. Tout l’objet de la latérapédagogie et d’apporter ces stratégies de réhabilitation de la gaucherie même si la personne n’est gauchère que de l’œil. Puis de proposer des stratégies d’adaptation au système gauche / droite en faisant en particulier passer œil directeur droit pour la lecture et le suivi de l’écriture pour plus de fluidité, meilleure concentration, de qualité, concentration qui tienne dans le temps et éviter les maux de tête, douleurs ophtalmiques….et dysfonctionnements divers (dyslexie…).

Vous pouvez également consulter www.gaucher-droitier.com pour avoir un complément d’information sur le sujet.

Bien cordialement,

J.M.M.

Bonjour,

Suite à une visite chez un acupuncteur et un ostéo, j’ai découvert que j’étais gauchère corrigée. Les conséquences sont les suivantes : problème de latéralité, de repères, grande fatigue, sciatique, décalage de posture au niveau du sacrum, etc. Avant, je n’avais jamais pris conscience d’être gauchère mais depuis cette visite et des exercices d’ostéo qui me permettent de me rééduquer, je retrouve peu à peu un autre usage de la main gauche.

Je prends aussi conscience de choses toute simple : depuis toujours, mon œil fort est l’œil gauche, idem pour l’oreille. Je coupe les aliments de la main gauche, etc.

Même si j’ai de moins en moins mal au dos, je me sens toujours très fatiguée. J’ai lu que les gauchers corrigés (thèse également de mon ostéo) mettaient 40 % de plus d’énergie que les autres dans les actes quotidien. Je sens très fort que mon énergie vitale est en partie bloquée en moi à cause de cela. Ou perdue dans des efforts inutiles...

A priori, il existe des exercices aidant à retrouver sa dextérité et son énergie pour les gauchers corrigés. Comme écrire de la main gauche. Connaissez-vous d’autres exercices ? Avez-vous des témoignages de personnes retrouvant leur énergie ainsi et comment ?

Merci si vous avez quelques pistes...

Chère Madame,

Oui, un gaucher dépense souvent plus d’énergie qu’un droitier car pour beaucoup de gestes quotidiens mais aussi pour la lecture, l’écriture et même la pensée, il « rame » à contre courant : son courant normal est celui qui va de droite à gauche. Nombreux blocages, inhibitions, malaises, maux…sont la conséquence d’un fonctionnement en fermeture plutôt qu’en ouverture.

Vous pensez à juste raison que d’utiliser sa main gauche permet déjà au gaucher de retrouver équilibre et unité. Cela n’est souvent pas suffisant.

Avec les outils de la latérapédagogie, je propose aux gauchers de faire l’expérience de tracer des boucles, des ponts… et même d’écrire de droite à gauche sur cahier de papier calque (Cahier Canson : en tournant la page, le droitier peut le lire). Ainsi, si l’œil directeur est le gauche, il accompagnera le geste également en ouverture. Le gaucher utilisera ainsi correctement ses fonctions cérébrales. Réinvestir régulièrement son espace droite / gauche permet également au gaucher d’avoir une bonne posture. Car habituellement, en écrivant de gauche à droite comme les droitiers, même avec sa main gauche, il « vice » sa colonne vertébrale (CF. les scolioses).

Sur le plan psychologique, grâce à cela, plusieurs de mes patients ont débloqué leur énergie vitale car pour la première fois, ils se sont autorisés une autre représentation de l’espace/temps : ne plus voir le moins à gauche mais à droite, leur avenir non plus à droite mais à gauche. La contrariété, due à l’obligation d’écrire, lire, penser dans le sens gauche / droite, peut impacter jusque là.

Je vous souhaite de faire cette belle expérience.


Bonjour,

Ma fille est en CP et a des difficultés d’apprentissage de la lecture. Elle est gauchère (la seule de la famille), ce dont nous nous sommes aperçu très tôt (les professionnelles de la crèche l’ont remarqué à moins de 2 ans). Elle est par ailleurs diagnostiquée EIP (enfant intellectuellement précoce). Ses difficultés ne sont pas très importantes mais je pense qu’elles ont un rapport avec le fait qu’elle est gauchère : il y avait un exercice où elle devait retrouver un mot à partir de syllabes inversées, jamais elle n’a lu aussi facilement ! auriez vous des conseils à me donner ?

Chère Madame,

Votre fille, à mon sens, illustre exactement le cas des gauchers toujours « contrariés » puisqu’évoluant dans une société de droitiers. En effet, elle n’est plus contrariée de la main d’écriture mais le reste dans l’utilisation du sens conventionnel gauche / droite de l’écriture et de la lecture.

De plus, si son œil directeur est apparemment le gauche, elle « pousse » les lettres et lit en fermeture alors qu’elle devrait lire de droite à gauche en ouverture. C’est sans doute la raison pour laquelle elle a des difficultés pour la lecture gauche/droite habituelle et a en revanche une grande facilité à lire « inversé », ce qui est à l’endroit pour elle, comme pour de nombreux gauchers ! Pourriez-vous me faire parvenir cet exercice qui a été proposé à votre fille et m’indiquer les motivations de son institutrice ? Cela m’intéresse vivement et m’aiderait dans mon travail de recherche.

Vous trouverez dans mon lire « Gauchers en difficulté, la latérapédagogie une richesse inexploitée » édition Pierre Téqui (www.librairietequi.com), des propositions d’exercices pour améliorer la lecture. Enfin, un cahier d’écriture avec conseils de lecture sera en principe disponible à la rentrée prochaine.

N’hésitez pas à faire expérimenter à votre enfant l’ensemble de ces propositions et à me faire des retours. Je reste disponible pour vous répondre.


Bonjour,

je viens de terminer la lecture de "Comprendre et accompagner l’élève gaucher" et Gauchers en difficulté...".

Ma fille de 4 ans est gauchère. Elle abandonne l’écriture en miroir de façon progressive depuis la rentrée scolaire de septembre (elle est scolarisée dans une école anglaise et apprend déjà à écrire et à lire).

Comment dois-je me positionner vis à vis de ce changement ?

Merci bcp pour vos réponses.

Audrey (Institutrice).

Chère Madame,

Votre fille dites-vous est gauchère et son réflexe d’écriture s’est non seulement porté sur sa main dominante et en plus sur le “bon sens” qui correspond, c’est à dire le sens droite / gauche, écriture en miroir pour les droitiers. Vous constatez ensuite qu’elle s’adapte au système droitier en écrivant et en commençant à lire de gauche à droite.

Pour répondre à votre demande, je vous proposerais de vérifier comment se fait cette adaptation :

- Dans un premier temps, être attentive à la manière dont on lui parle : “Si tu écris de gauche à droite c’est bien, mais dans l’autre sens c’est ou c’était à l’envers, pas bien, pas normal, pas juste” .... ou encore, comme l’exemple donné dans mon livre “2+ 1 ne font pas 3 !” parce qu’elle aura écrit le 3 dans l’autre sens !

Il est alors important de lui dire au contraire que le sens d’écriture droite / gauche est le sens normal, bien, “à l’endroit” pour un gaucher ; c’est son sens d’ouverture. D’un point de vue psychologique cela est vraiment important.

- Dans un deuxième temps, lui proposer de faire des prégraphies (boucles, coupes, ponts) en attaché et en détaché et en “boustrophédon” c’est à dire “en lacet”. Comme dit dans le livre, la personne fait une ligne de droite à gauche et la suivante de gauche à droite etc. Cela permet à son poignet de ne pas se casser en “col de cygne” car à la première ligne de droite à gauche, la main est bien positionnée sous les caractères et sur la lancée, elle le reste pour les tracés de gauche à droite.

De la même manière, votre fille aura inscrit un mouvement souple pour les futures lettres en cursive.

En faisant cela, elle fait travailler ses deux yeux : vérifier que pour les tracés faits de droite à gauche, c’est bien son œil gauche qui accompagne le mouvement et lui proposer pour le sens gauche / droite de permuter avec l’œil droit (même si elle écrit toujours avec sa main gauche). Ainsi, pour le sens D/G, l’œil gauche est la locomotive et l’œil droit le wagon ; pour le sens G/D, c’est l’œil droit la locomotive et l’œil gauche le wagon qui suit tranquillement.

- Tout ceci pour en venir progressivement à la lecture. En effet, il est fort probable que , puisque son œil droit a appris à être locomotive pour accompagner le mouvement d’écriture gauche / droite, il accepte de le rester pour lire tout ce qui est écrit de gauche à droite. Mais il faut ici aussi le vérifier. Car il serait dommageable que l’œil gauche redevienne dominant car c’est ici que la personne ressent en général fatigue, tension, même douleurs oculaires ou céphalées, lit de manière lente et hachée, butte sur les mots, est obligée de relire jusqu’à 4 ou 5 fois la phrase pour la comprendre.....et finalement, n’aime pas lire et renonce et peut être en échec scolaire (dans le scénario le plus noir !)

Afin d’éviter cela, si l’œil gauche résiste à céder sa place, vous pouvez proposer plusieurs stratégies, en vous aidant avec des locomotives et wagons découpées dans du carton et en y inscrivant les initiales G pour gauche et D pour droit, ainsi qu’une grande flèche, en les positionnant en fonction de ce que vous demandez. Je précise que pour les enfants ne sachant pas encore vraiment lire, ces exercices peuvent se faire d’abord avec “la lecture” ou le suivi visuel de boucles en attaché.

Trois possibilités à lui proposer :

  • Soit à ses deux yeux d’être « locomotives » en même temps c’est-à-dire d’y mettre la même énergie pour lire. Les deux yeux sont “main dans la main” pour lire ensemble dès le début de la ligne, jusqu’au bout. La charge de travail est répartie entre les deux yeux.
  • Soit à ses deux yeux d’être également « locomotives » mais en alternance. La charge de travail est répartie entre les deux yeux mais ici à tour de rôle. Ainsi l’œil gauche commence à lire jusqu’à la moitié de la phrase environ puis l’œil droit prend le relai et ainsi de suite à chaque ligne.
  • Soit à son œil droit de devenir “locomotive” et à l’œil gauche d’être le wagon, juste pour la lecture. Car l’œil droit est normalement fait pour lire des textes de gauche à droite. Ainsi, même si son œil droit n’est pas son œil directeur, lui demander de positionner sa tête légèrement tournée vers la gauche afin que son œil droit cible le début de la ligne. Elle peut aider le mouvement gauche/droite de son œil droit avec celui de sa tête, comme si elle “balayait” le texte.

Puis elle fera son choix, utilisera la stratégie dans laquelle elle se sent le mieux.

Grâce à l’expérience répétée (revenir à cette conscience à chaque début de ligne), votre fille aura en principe une concentration de meilleure qualité, aura davantage la sensation de conduire sa lecture qui sera plus souple, plus rapide à terme....

Enfin, vérifier que lorsqu’elle tient un livre entre ses mains, elle centre la page de gauche, puis la page de droite pour la lecture. Il est mieux que le texte ou la colonne à lire soit donc toujours au centre.

Pour conclure, en même temps qu’elle trouve ses stratégies d’adaptation au système, je ne peux que recommander à votre fille, si elle fatigue par moment, de reprendre son sens graphique (boucles, ponts, coupes...) d’ouverture droite / gauche avec sa main gauche et son œil gauche. Ainsi, elle détendra son cerveau.

Je vous serais très reconnaissante de me tenir au courant de l’évolution de votre fille et reste à votre disposition si besoin. Bonne chance à vous deux !


Bonjour,

Je suis gauchère j’écris depuis toujours à l’envers c’est-à-dire de droite à gauche et de bas en haut. Complètement à l’envers, celui qui est en face de moi lit parfaitement ce que j’écris , le texte est à l’endroit pour lui. Je ne sais pas écrire à l’endroit car l’endroit se trouve pour moi derrière.

Pourriez-vous me dire pourquoi j’écris comme cela ? Je n’ai jusqu’à maintenant jamais rencontre quelqu’un qui écrit comme cela. Merci de bien vouloir me renseigner sur cette façon étonnante d’écrire. Pourquoi m’est il impossible d’écrire à l’endroit ?

Voilà à mon sens, une étonnante en effet et néanmoins magnifique manière de vous être adaptée au système droitier !

Si je vous proposais de tracer dans l’espace devant vous avec votre main gauche, puis sur papier, des boucles en commençant à droite et en allant vers la gauche que se passerait-il pour vous ? Votre ressenti ? En traçant ces “prégraphies”, que feraient vos yeux ? L’œil gauche serait-t-il comme une locomotive qui tire vers la gauche et l’œil droit, le wagon ou l’œil droit la locomotive qui pousse vers la gauche l’œil gauche / wagon ?

Egalement, que font vos yeux lorsque vous lisez un texte écrit de gauche à droite ? Est-ce l’œil droit qui tire vers la droite ? l’œil gauche qui pousse vers la droite ? Votre œil gauche a-t-il envie d’aller irrésistiblement vers la gauche ? Ou encore vos deux yeux sont-ils comme deux locomotives en se répartissant la charge de travail de lecture, en même temps, en alternance ? (CF. stratégies d’adaptation au système droitier dans “Gauchers en difficulté...” Editions P. Téqui)

Si vous êtes à l’aise dans cette habitude d’écriture de bas en haut, il n’y a pas de raison de changer. C’est votre façon à vous de vous être adaptée au sens conventionnel de l’écriture. Dans le même temps, je ne peux que vous recommander d’utiliser souvent votre main gauche en ouverture, c’est à dire dans le sens droite / gauche. Ainsi, vraisemblablement, votre œil gauche sera “content” d’aller aussi en ouverture. En général, les gauchers retrouvent confort, souplesse, détente et conforte ou renforce leur estime d’eux même.

Au plaisir de vous lire à nouveau !


Bonjour,

Je suis gauchère ( main-oeil) et je me posais la question de l’orientation non plus de l’écriture mais de la feuille.

Pour ne plus être gênée par mes camarades de classe droitiers, j’ai pris l’habitude de mettre mes cahiers en "presque" format portrait. ( j’écris donc de gauche à droite et de haut en bas, sans pour autant écrire une lettre les unes en dessous des autres. j’espère que je suis claire....

Des gauchers que je connais, je suis la seule à avoir adopté cette stratégie, eux ont tendance à courber le poignet. Je serai incapable d’écrire à leur manière, ayant une manière très étrange de tenir mon crayon.

J’ai commencé à tenir ma feuille ainsi à une période où je me sentais assez déprimée. Est-ce que pour le sens d’ouverture des gauchers, cela a une incidence particulière ? Est-ce que l’on peut supposer qu’il s’agit d’un repli sur soi que d’avoir voulu écrire de la sorte ?

J’extrapole peut-être mais je voulais avoir votre avis.

PS : j’ai testé l’écriture de droite à gauche et j’aime beaucoup. Et je pense que je vais l’adopter pour la rédaction de mes notes personnelles. Je connais l’écriture arabe et j’ai pris des cours de japonais au lycée, mais je n’avais pourtant rien ressenti de particulier.

Je vous remercie beaucoup.

C’est tout à fait clair : votre posture et l’orientation de votre feuille font que vous écrivez en effet de haut en bas en ramenant votre bras vers vous. Ce geste vertical vous évite ainsi de tracer en fermeture vers la droite ce qui est un peu différent car vous ne bloquez pas votre respiration ni ne contorsionnez votre buste comme la plupart des gauchers.

D’autre part, il est toujours possible d’interpréter les choses, de donner une raison plutôt qu’une autre à un changement. Déjà sur le plan fonctionnel, je dirais volontiers que par souci d’adaptation au système d’écriture droitier vous avez sans doute déjà été chercher là une stratégie de confort afin d’éviter de davantage vous refermer ! Car revenir à soi (votre geste d’écriture) ce n’est pas se refermer (geste habituel des gauchers).

Peut-être cela a-t-il également du sens pour vous, d’avoir à cette période eu besoin de revenir vers vous, de porter sur vous une attention particulière ...?

Néanmoins, étant donné la satisfaction que vous avez ressentie en écrivant de droite à gauche, je ne peux que vous encourager à alterner les deux écritures et devenir ainsi à terme équicérébrale ("ambidextre" du cerveau) !

Enfin, vous dites aussi être gauchère de l’œil. Il est donc bon d’écrire de temps en temps de droite à gauche* afin que votre main gauche mais également votre œil gauche aillent tous deux en ouverture vers la gauche.

Et pour lire, même si il n’est pas dominant, n’hésitez pas à utiliser votre œil droit comme une locomotive motrice ; ainsi, l’œil gauche se repose et ne pousse plus en fermeture. Généralement, la lecture est plus fluide et la concentration/mémorisation est de meilleure qualité.

Gauchèrement vôtre.

*Pour ceux qui ne savent pas vraiment écrire des mots, phrases de droite à gauche, je conseille de faire simplement des séries de boucles, ponts...attachés. Les bons effets sur le cerveau et les processus cognitifs seront identiques.

Cf. : "Gauchers en difficulté, la latérapédagogie, une richesse inexploitée" Ed. Pierre Téqui.


Questions ? !

Bonjour

Etant gaucher de l’oeil, droitier de la main, et totalement indéterminé pour les pieds (j’utilise indifférement mes deux pieds en tant que pieds d’appui, je n’ai aucune préférence quand au pied que je place devant en snowboard), tout ceci peut il avoir une influence sur mon mode de vie et ma santé ? En effet, j’ai régulièrement des accidents idiots et parfaitement évitable, je souffre d’un déficit de concentration chronique qui ne m’a pas empêché de poursuivre de brillantes études, mais qui m’empêche de mener une vie professionnelle normale. On me reproche de tout faire à l’envers, alors que justement cet envers me semble logique, j’ai le sentiment permanent de travailler à contre-courant. Je n’ai ni l’esprit d’un artiste, ni celui d’un scientifique, mais plutot le coté carthésien du scientifique doublé d’une certaine créativité souvent jugée incompatible avec des travaux dits rigoureux... Ces traits de caractères peuvent ils provenir de ces "indétermiations" quand à être droitier ou gaucher ? merci d’avance.

Bonjour Thibaut,

Votre témoignage est particulièrement intéressant puisque vous êtes dans cette grande catégorie qui est droitière de la main et gauchère de l’œil = environ 52 % des 84% de droitiers en Europe !

Apparemment, vous avez quand même une préférence pour la main et pour l’œil. Vous n’êtes donc pas ambidextre. Beaucoup imaginent que la latéralité de la main est prévalente. Or celle de l’œil est capitale car elle est directement reliée à la représentation spatio-temporelle y compris dans sa portée symbolique.

En effet, nous pensons généralement comme nous lisons et écrivons, c’est à dire de gauche à droite. C’est la convention qui veut cela dans notre système droitier. Celui-ci est particulièrement cohérent pour des droitiers de la main et de l’œil : la main et l’œil travaillent en ouverture dans la dynamique gauche / droite. Ainsi, pour votre main, tout va bien elle peut écrire dans son sens d’ouverture.

En revanche si votre œil directeur est le gauche, il lira ce qui est écrit ou accompagnera ce que vous êtes en train d’écrire en fermeture puisque son sens d’ouverture à lui est le sens droite / gauche (cf. l’écriture en miroir qui convient à une main gauche mais aussi à un œil directeur gauche => Léonard de Vinci). Ce sens là est l’envers de celui des droitiers. Et lorsque l’œil évolue en fermeture, il a très souvent la sensation de "pousser", de "ramer à contre-courant". Cela lui demande un effort très important. Certains gauchers de l’œil ressentent même des maux de têtes, des douleurs ophtalmiques, ont une lecture lente ou hachée et n’aiment pas lire, voire renoncent et peuvent être en échec..... Pour d’autres, cela va se porter sur leur représentation de l’espace-temps donc sur la pensée et la représentation symbolique.

Exemple : selon notre système nous pensons de gauche à droite : le passé à gauche, le futur à droite, le "moins l’infini" à gauche et le "plus l’infini" à droite. Or le gaucher de l’œil inconsciemment voudrait voir l’espace-temps dans l’autre sens. Comme cela est inconscient, il superpose les deux représentations et est dans la confusion la plus totale. Il peut par exemple avoir terminé, avoir la solution à un problème avant même d’avoir commandé. le début est la fin et la fin le début !

Évoluant en fermeture, à contre-courant, le gaucher de l’œil a souvent une concentration tendue, forcée, qui se fatigue et ne tient pas dans le temps. Il a le sentiment comme vous dites de tout faire à l’envers car le système l’est en effet pour lui......

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au point la latérapédagogie/latérathérapie afin de donner au gaucher de la main et ou de l’œil la possibilité de porter le diagnostic de sa vraie latéralité, de réhabiliter sa vraie latéralité tout en lui donnant les moyens concrets de s’adapter au système sans forcing, dans le respect de son mode de fonctionnement cérébral.Vous trouverez dans "Gauchers en difficulté..." Editions P. Téqui, toutes ces propositions.

N’hésitez pas à me recontacter pour me faire part de votre évolution, en me laissant votre adresse mail pour vous répondre.

Bien cordialement,

Joëlle Morice Mugnier.


Questions ? !

Bonjour,

Je connais un garçon de 7 ans qui est un gaucher d’origine mais ses parents l’ont obligé et habitué à écrire avec la droite, par exemple mais aussi a utilisé la main droite de manière générale. Ces parents m’ont dit que les médecins qu’ils avaient consultés, leurs ont déconseillés de recentrer le petit sur l’utilisation de sa main gauche. Maintenant, j’ai lu vos postes et je vois que justement, recentré sur l’hémisphère dominant est plus productif pour le ce type de personne. Alors j’aimerai avoir plus d’information sur les exercices à faire et est-ce que vraiment, revenir à la gauche ne causera pas de dommage irréversible sur le petit.

Merci de votre attention.

Bonjour,

Ce jeune de 7 ans écrit donc de la main droite. S’il n’est pas dysgraphique et ne présente pas de troubles particuliers, il peut rester ainsi. Car la main droite, même si elle n’est pas dominante écrit en ouverture dans notre système droitier. Ainsi, il aura moins tendance à développer des maux de dos....

Dans le même temps, il faudrait tester son œil directeur, celui qui lit et accompagne visuellement son écriture. Si c’est le droit, c’est l’œil qui correspond au sens de lecture gauche / droite. Il lira en ouverture. (cf. page du site "Pédagogie / thérapie" - téléchargement de tests visuels en fin de page).

Si son œil directeur est le gauche, et de toute façon parce qu’il est gaucher de la main, il sera capital qu’il investisse tout l’espace droite / gauche, en ouverture, à l’aide des tracés de prégraphies de droite à gauche afin de stimuler en cohérence son hémisphère droit qui semble être le dominant.

Vous trouverez tous les conseils dans mon livre ’Gauchers en difficulté" et des propositions de réhabilitation / adaptation dans le cahier d’exercices pour gauchers. (cf. page du site "Outils pédagogiques et thérapeutiques".

Bien cordialement.

J.M.M.


laisser un commentaire
< Précédent : Articles   Suivant : Concours Lépine >

dernieres nouvelles

Formations à venir

Inscription

Témoignage

Rien qu'un "petit" détail

Acheter

Outils Gaucher-Droitier